Le robot Asimov fait son entrée chez Airbus à Hambourg

L’avionneur prévoit de déployer des machines collaboratives et «intelligentes» dans ses usines de Nantes, Saint-Nazaire et Hambourg en 2016. L’objectif est de réduire les coûts de production. Les carnets de commandes d’Airbus sont pleins à craquer, mais sa rentabilité reste moitié moindre que celle de Boeing. Améliorer la compétitivité d’Airbus et de l’aéronautique européenne, mise à mal par l’euro fort face au dollar, est une priorité. Parmi les actions à mener, le Gifas, le syndicat patronal, milite pour la «réduction des coûts de production en modernisant l’outil industriel». Airbus y travaille … Lire la suite sur lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *