L’armateur hambourgeois Hapag-Lloyd passera sous controle chilien

La prise de contrôle de la compagnie allemande par le chilien CSAV est lancé M$. © DR

La prise de contrôle de la compagnie allemande par le chilien CSAV est lancé M$. © DR

Hapag-Lloyd AG et la Compania Sud Americana de Vapores (CSAV) ont annoncé avoir signé le 22 janvier 2014 un protocole d’accord concernant la fusion de leur activité de transport maritime conteneurisé. Si tous les accords sont ob­­tenus, la CSAV deviendra le « principal » action­naire de la compagnie allemande en contrôlant 30% de son capital. La CSAV signera un accord de gestion avec l’autre actionnaire, HGV Hamburger Gesell­schaft für Vermögens und Beteiligungsmanagment, qui est formé par la Ville de Hambourg, et par Kühne Marine GmbH, contrôlée par Klaus Michael Kühne. Ensemble, CSAV ET HGV contrôleront environ … Lire la suite sur http://www.wk-transport-logistique.fr/

Un aveugle se fait voler son chien dans la rue

L’histoire est aussi simple que navrante. Un homme atteint de cécité a été dépouillé de son chien guide alors qu’il se trouvait dans la rue à Hambourg. La police allemande recherche activement le voleur. Si l’on cherchait un exemple archétypal de la lâcheté, c’est peut-être cette histoire écurante que l’on pourrait utiliser. Stefan, un homme atteint de cécité s’est en effet fait voler la chienne qui le guidait dans les rues de Hambourg Lire la suite sur directmatin.fr

Le robot Asimov fait son entrée chez Airbus à Hambourg

L’avionneur prévoit de déployer des machines collaboratives et «intelligentes» dans ses usines de Nantes, Saint-Nazaire et Hambourg en 2016. L’objectif est de réduire les coûts de production. Les carnets de commandes d’Airbus sont pleins à craquer, mais sa rentabilité reste moitié moindre que celle de Boeing. Améliorer la compétitivité d’Airbus et de l’aéronautique européenne, mise à mal par l’euro fort face au dollar, est une priorité. Parmi les actions à mener, le Gifas, le syndicat patronal, milite pour la «réduction des coûts de production en modernisant l’outil industriel». Airbus y travaille … Lire la suite sur lefigaro.fr

DriveNow ? Plus de 20 000 abonnés à Hamburg en 2 mois

En Allemagne, plus de 215 000 personnes se sont inscrites à DriveNow, le service d’autopartage de BMW et Sixt. A Hambourg notamment, le service a enregistré plus de 25 000 inscriptions depuis son lancement début novembre. DriveNow est présent à Berlin, Munich, Cologne, Düsseldorf et Hambourg. BMW met à disposition une flotte de 2 350 véhicules électriques Active E et i3. (Source : AUTOMOBILWOCHE 15/1/14 & ccfa.fr)

Hambourg et Vattenfall signent la cession du réseau d’électricité

Le groupe énergétique public suédois Vattenfall a annoncé jeudi avoir trouvé un accord avec la Ville-État de Hambourg (Allemagne) en vue de lui céder le réseau d’électricité de la ville, comme approuvé par referendum. Le montant de la transaction, qui reste à fixer, devrait avoisiner 400 millions d’euros. Une société d’évaluation tierce conjointement nommée déterminera la valeur finale de l’entreprise concernée, a indiqué Vattenfall dans un communiqué. Appelée Stromnetz Hamburg, elle est détenue à … Lire la suite sur Romandie

Elbphilarmonie: du navire amiral au vaisseau fantôme (Le Temps / Photo: Hans Ringhofer / Keystone)

Le chantier de la Philharmonie de l’Elbe. Le bâtiment devait être inauguré en 2009. Il devrait l’être en 2017. Le chantier de prestige de la ville d’Hambourg cumule retards de livraisons et dérapage des coûts. Un rapport – non encore public – de la Commission d’enquête parlementaire d’Hambourg sur le sujet met en cause les politiques, la société du BTP et le cabinet d’architectes Herzog & de Meuron. Du sommet du chantier, la vue est à couper le souffle: vers l’ouest, tous les clochers de Hambourg se détachent sur fond de ciel gris-bleu; vers l’est, sur l’autre rive de l’Elbe, les grues du port commercial s’alignent sur des kilomètres. Par beau temps, la vue longe le fleuve jusqu’à son embouchure, pourtant distante de 160 kilomètres…Lire la suite sur "Le Temps"

Trois quartiers d’Hambourg sous haute surveillance après des semaines d’émeutes (RFI – Photo REUTERS/Morris Mac Matzen

Les autorités allemandes ont décidé de placer trois quartiers de Hambourg sous surveillance policière particulière. En cause, de nombreux incidents entre militants d’extrême gauche et forces de l’ordre qui durent depuis plus de trois semaines. Depuis samedi dernier, 4 janvier, les quartiers d’Altona, de Sankt-Pauli et de Sternschanze ont été classés comme « lieux dangereux ». Ce qui implique… Lire la suite sur rfi.fr

Germanwings relie Paris à Hambourg

Depuis le 7 janvier, les voyageurs d’affaires peuvent relier Paris à Hambourg avec Germanwings. La filiale de Lufthansa assure jusqu’à 4 vols par jour entre les deux villes. Le premier vol Germanwings à destination de Paris a décollé à 6h45 de Hambourg, le 7 janvier 2014. La compagnie exploitera jusqu’à quatre vols quotidiens, les jours ouvrés, entre les deux villes. Les horaires proposés sont adaptés aux besoins des voyageurs…. Lire la suite sur deplacementspros.com

Trois quartiers de Hambourg sous surveillance

Trois quartiers de Hambourg ont été placés sous surveillance policière après des incidents entre militants d’extrême gauche et forces de l’ordre ces dernières semaines, selon la police. Les quartiers d’Altona, de St. Pauli et de Sternschanze ont été classés comme "lieux dangereux" et sont soumis à une surveillance particulière depuis ce week-end, selon un communiqué de la police hambourgeoise. "Au cours des dernières semaines, officiers et bâtiments de police ont été les cibles répétées d’agressions….". Lire la suite sur Le Figaro

Le squat « Flora » et sa drôle de faune

Squatté depuis près de 25 ans, cet ancien théâtre de Hambourg est en passe de devenir un lieu d’affrontement caricatural entre gauchistes nébuleux et investisseurs sulfureux. Le soir, des sans domicile fixe viennent prendre leurs aises sur le vaste perron du théâtre, celui-là même que foulait jadis la bonne société hambourgeoise. A l’aide de caisses de plastique jaune et de panneaux d’aggloméré, ils se sont aménagés une surface plane qui leur sert de dortoir. En bas des marches, la boîte destinée aux oboles a recueilli des petits pains et quelques pièces de monnaie. Derrière eux, des portes et des fenêtres murées, maculées de graffitis. Photo AFP / Lija Peter – Lire la suite sur Courrier International